Comprendre le marché de l’or physique | Finance

Comprendre le marché de l’or physique | Finance

A translation is available at the bottom left by clicking on “languages”

Dans mon livre “L’or et l’argent“, j’ai développé les divers facteurs qui pouvaient influencer le prix de l’or. Le contexte économique et les capacités minières des compagnies aurifères sont les deux grands facteurs d’influence du prix de l’or dans le temps. Ce court article reprend en quelques statistiques les éléments clés du marché de l’or physique mondial pour en comprendre sa nature réelle.

Du côté de la demande

Sur le graphique ci-dessus, on observe clairement que la demande d’or physique mondial tend à décroître à long terme. On notera le pic de demande de 2011 à 4777 tonnes demandées. Ce plus haut de demande a également soutenu le sommet du prix de l’or en 2011 à 1920$ l’once. À l’inverse de 2011, le sommet du prix de l’or de 2020 s’est même accompagné d’une baisse notable de la demande, celle-ci est en recul de plus de 14% par rapport à 2019. De toutes évidences, il n’y a pas de corrélation immédiate entre la demande d’or et le prix de l’or.

Cette baisse de la demande en 2020 est essentiellement le fait des investisseurs et des banques centrales. Sur un an, la demande des investisseurs a reculé de près de 50% entre la fin 2019 et la fin 2020. De manière assez surprenante, les Banques centrales ont même vendu de l’or au troisième trimestre 2020. Néanmoins, les banques centrales restent encore globalement en position d’achat sur l’or.

La demande de bijouterie représente globalement la majorité de la demande d’or physique. De son côté, la demande en or d’investissement représente en moyenne 30% de la demande totale de ces dernières années, soit près du tiers. Un puissant revirement de la demande des investisseurs peut donc avoir un impact sur les cours. C’est en particulier ce qui a alimenté le retournement des cours de l’or à l’été 2020. Enfin, les banques centrales ont une influence assez constante, mais non négligeable, sur la demande d’or. Sur les 7 dernières années, les banques centrales représentent en moyenne 12% de la demande totale. Les banques centrales possèdent donc malgré tout un certain pouvoir de marché.

Du côté de l’offre

En réalité, le prix de l’or à long terme dépend très fortement de l’offre. L’offre physique est très concentrée. En 2019, l’offre d’or physique était assurée à 72,6% par les compagnies minières. C’est 73,4% en 2020. Le reste de l’offre est de l’or recyclé. Ecrit plus clairement, le prix de l’or dépend directement des nouvelles quantités extraites et des coûts de production. Comme je l’ai développé dans mon livre “L’or et l’argent“, avec la structure actuelle de l’offre, les coûts de production sont corrélés à l’or à long terme. Ces coûts de production dépendent (1) des budgets alloués à la recherche et à l’exploitation de zones de minage et (2) le nombre de nouvelles découvertes réalisées (facilité d’extraction).

À cela, il faut ajouter le fait que la hausse du prix de l’or peut avoir tendance à diminuer l’offre. Certaines études sur l’élasticité de l’or montrent en effet qu’une hausse du prix ne génère pas forcément une hausse des quantités offertes. Cela s’explique à la fois par l’effet de rareté que subissent les investisseurs ayant de l’or, mais aussi par le fait que les minières ne peuvent pas ajuster rapidement la production, principalement du fait des coûts.

Depuis 2016, les budgets alloués à la recherche stagnent tandis que les découvertes diminuent. La faiblesse des budgets alloués en comparaison à la hausse du prix de l’or sont indéniablement des facteurs haussiers à terme sur le prix de l’or. Enfin, entre 2019 et 2020, les quantités produites par les compagnies minières ont diminué de 3,7%, ce qui a mécaniquement fait augmenter le prix moyen de l’or. Ce à quoi il faut ajouter le comportement des investisseurs.

Pour le paradoxe, on notera que l’influence de l’offre sur l’or est considérable, car très concentrée par les nouvelles découvertes. À côté de cela, on compare souvent le Bitcoin à l’or. Ces deux actifs, aux quantités pourtant limitées, ont une influence de l’offre inverse. C’est en particulier ce que je montrerais dans mon prochain livre.

Mon analyse macroéconomique sur l’or à retrouver sur TV Finance :

| Notre NEWSLETTER est disponible sur l’accueil du site |

©2021 andrieuthomas.com. Tous droits réservés.

Thomas Andrieu | Écrivain et rédacteur économique et financier

Ce site est géré par la SASU Andrieu ECONOMICS |Site web réalisé par RocheGrup Softwares

La publication a un commentaire

Laisser un commentaire